courrier accidente

 

 

 

Page d'accueil du site  

 Historique    Le concours   Projets Marron   Tirages spéciaux   

     Les feuilles    Les carnets    Les couvertures de carnets   

Utilisations    sans valeur complémentaire     avec valeur complémentaire   Oblitérations diverses 

Les variétés    Lettres taxées    Exposition du Havre   Porte timbres

        Maritime, navale    Avion   Clermont avion       Transports par avion   courrier accidente        

Bibliographie      Liens    

  Contact         Mes recherches   Livre d'or        

 

 


Différents articles de journaux d'époque (visibles en cliquant sur la date)

Pour voir le monument Victor Lasalle : https://www.aerosteles.net/stelefr-tours-lasalle

 

 

L’œuvre du 15 décembre 1929

RAIDS ET RECORDS Lassalle, Reybard et Faltot ont quitté Le Bourget et atterri à Tunis

Le lieutenant Lassalle, l’adjudant Reybard et le mécanicien Faltot se sont envolés hier matin à 4 h. 40 pour tenter la liaison postale entre la France et Saïgon. L’avion a atterri à Istres à 8 heures, refaisait son plein d’essence et redécollait à 9 h pour Tunis, qu'il atteignait à 16h. Il est reparti de Tunis à 21 h. pour se rendre en Tripolitaine.

Le petit journal du 15 décembre 1929

L'équipage Rebard, Lasalle et Faltot a effectué hier le parcours Paris-Tunis. Comme ils l'avaient annoncé, en dépit du temps défavorable l'adjudant Rebard, pilote, le lieutenant Lasalle, navigateur, et le mécanicien Faltot, sont partis hier matin du Bourget à 4 h. 21 en direction de Saïgon.

Tunis, 14 Déc. — Après avoir fait escale à Istres de 8 h. 55 à 9 h. 45 ils sont arrivés à l'aérodrome de Tunis hier après-midi à 16 heures. Ils repartiront ce matin en direction d'Alexandrie.

 

 

L’œuvre du 19 décembre 1929 

Sans nouvelles de Lassalle Reybard et Faltot depuis leur départ de Tunis samedi soir.

On est toujours sans nouvelles des aviateurs Lassalle Reybard et Faltot qui avaient quitté Le Bourget samedi 14 décembre à 4h25 en vue d’entreprendre une liaison postale entre Paris et Saïgon.

Après avoir fait une courte escale à Istres les aviateurs avaient atteint Tunis dans l’après-midi.

Lassalle et ses compagnons avaient quitté Tunis le 15 décembre, à 20 h 45 en vue de faire étape à Benghasi. Depuis leur départ de Tunis on est sans nouvelles d’eux ce qui est inquiétant. Le ministère de l'Air a donné des instructions au centre aéronautique de Tunis, afin d'entreprendre des recherches par avion dans le golfe de Gabès. Par ailleurs le concours de la marine a été demandé et des bateaux vont participer aux recherches.

Article similaire dans Le petit journal du 19 décembre 1929

 

Journal LA CROIX du 20 décembre1929

Article identique à celui du 19 de L’œuvre.

 

Le petit journal du 20 décembre 1929

Sans nouvelles de Rebard Lassalle et Faltot Le ministère de l'Air déclare que les recherches entreprises n'ont encore donné aucun résultat. A la suite des télégrammes envoyés par le ministre des Affaires étrangères aux consuls de France, de Benghasi et d'Alexandrie, on peut considérer que l'équipage n'a pas atterri dans ces localités. Il est donc vraisemblable que nos aviateurs se sont trouvés dans l'obligation de se poser sur un point désert de la côte africaine et qu'ils n'ont pu encore signaler leur présence. A la demande du gouvernement français, des recherches sont faites par des escadrilles italiennes de la région de Bengliasi et de Tripoli. Il a été également demandé au gouvernement britannique de faire des recherches dans les parages de l'île de Malte où l'équipage aurait pu se trouver s'il avait, contrairement à ses projets, suivi la côte maritime. Les reconnaissances effectuées par les escadrilles stationnées en Egypte n'ont pas donné de résultats. Enfin, des reconnaissances sont également effectuées le long de la côte tunisienne par les escadrilles françaises, ainsi que par des bâtiments de notre marine de guerre. (Suite en 3ème page).

Les grands raids aériens

(SUITE DE LA PREMIÈRE PAGE) Un communiqué du ministère de l'Air.

 Le ministre de l'Air a communiqué, hier soir, une note disant que les recherches en vue de retrouver Lassalle, l'adjudant Rebard et Faltot se poursuivent sur la côte tunisienne et en Méditerranée. Le gouvernement britannique, effectue des recherches dans la région de Malte. Le gouvernement italien a adressé des instructions au commandement des troupes en Libye pour faciliter le travail de nos propres escadrilles et les autorités locales italiennes elles-mêmes ont été alertées. L'équipage devant suivre la côte il reste encore possible d'espérer qu'il ait dû se poser dans une région déserte.

 

L’œuvre du 20 décembre 1929

LES RAIDS D'AVIATION

A la recherche de la mission « Paris-Saïgon »

Le ministre de l'air fait connaître que les recherches entreprises pour retrouver l'avion Nieuport-Delage à moteur Lorraine 230 CV., ayant à bord les aviateurs Lassalle, Rébard et Faltot n'ont pas encore donné de résultats.

 A la suite des télégrammes envoyés par le ministre des affaires étrangères aux consuls de France de Benghasi et d’Alexandrie ; on peut considérer que, l'équipage n’a pas atterri dans ces localités.

Il est donc vraisemblable que nos aviateurs qui ont quitté Tunis le 15 décembre à 20 h. 45, en direction de Benghasi se sont trouvés dans- l'obligation de se poser sur un point désert de la côte africaine et qu'ils n'ont pas encore pu signaler leur présence - A la demande du gouvernement français, des recherches sont faites.

 Article comparable dans L'Ouest-Éclair du 20 décembre

 

L’œuvre du 21 décembre 1929

A la recherche de l'avion du lieutenant Lassalle.

Le ministère de l’Air nous communique la note suivante : Les recherches entreprises pour retrouver l'avion du lieutenant Lassalle se poursuivent activement. Des renseignements parvenus actuellement, il apparait comme certain que les aviateurs auraient franchi la frontière de Tripolitaine, en direction de Tripoli, dans la matinée du 15 décembre. Il est donc probable que le lieutenant Lassalle a été contraint d'atterrir entre la Tunisie et Tripoli. Les recherches se poursuivent avec la collaboration des autorités italiennes de Tripolitaine.

Article identique dans L’œuvre du 21.

 

Le petit journal du 22 décembre

A la recherche des aviateurs Lassalle, Rebard et Faltot

Tunis, 21 Déc. — Malgré la tempête, des recherches sont effectuées avec toute la diligence possible pour tâcher de découvrir l'avion monté par Lassalle, Rebard et Faltot. Des navires de guerre, ainsi que des hydravions de marine, ont quitté Bizerte pour explorer la mer et le golfe de Gabès. Trois équipages et le quatrième groupe d'aviation d'Afrique quitteront le camp d'El Aouina demain matin à destination de Gabès pour participer aux recherches.

 

 

 

Journal LA CROIX du 22 décembre 1929

Les grands raids.

A la recherche des aviateurs Lassalle, Rébard et Faltot.

On continue de rechercher sur la rade tunisienne et en Méditerranée, l'avion de l'équipage Lassalle, qui aurait franchi la frontière tripolitaine, en direction de Tripoli, le 15 décembre. Des navires de guerre, ainsi que des hydravions de marine, ont quitté Bizerte pour explorer la mer et le golfe de Gabès. Trois équipages et le quatrième groupe d'aviation d'Afrique quitteront le camp d'El-Aouina dimanche matin à destination de Gabès pour participer aux recherches. Le gouvernement britannique effectue des recherches dans la région de Malte. Le gouvernement italien a adressé des Instructions au commandement des troupes en Libye pour faciliter le travail de nos propres escadrilles, et les autorités totales italiennes ont elles-mêmes été alertées. L'équipage devant suivre la côte, Il reste encore possible d'espérer qu’il ait dû se poser dans une région déserte.

 

 

Le petit journal du 24 décembre 1929

Est-ce l'avion de Lassalle Rebart et Faltot ?

Une escadrille italienne a aperçu les débris d'un appareil sur la côte tripolitaine

Tripoli, 23 Déc. — Les escadrilles italiennes qui avaient été chargées d'effectuer des recherches pour retrouver les traces de l'avion de la mission Lassalle, Rebard et Faltot, dont on était sans nouvelles depuis leur départ de Tunis le 12 décembre ont aperçu sur la côte du golfe Syrte (côte tripolitaine) des débris d'appareil. On suppose qu'il s'agit des débris de l'avion Lassalle. Une commission va se rendre sur les lieux afin d'examiner ces débris.

 

L’œuvre du 24 décembre 1929

Des débris d'avion sur la côte de Tripolitaine

On craint qu'il ne s'agisse de l'appareil de Lassait, Rébard et Faltot Tripoli, 23 décembre. - Les escadrilles italiennes, qui avaient été chargées d'effectuer des recherches pour retrouver des traces de l'avion de la mission Lassalle, Rébard et Faltot, dont on était sans, nouvelles depuis leur départ de l'unis le 12 décembre, ont aperçu sur le côté du golfe de la Syrie (cote tripolitaine) des débris d'appareil. Une Commission doit se rendre sur les lieux afin d'examiner si ces débris proviennent de l'avion de Lassalle

L’œuvre du 27 décembre 1929

LES AILES BRISÉES

Les cadavres des aviateurs Lassalle, Rébard et Faltot sont découverts, gisant auprès de leur avion.

Tunis. 26 décembre. On annonce de Tripoli que les débris d'avion découverts sur la côte libyenne, dans la région de Syrte, ont pu être identifiés. Il s'agit bien de l'avion Nieuport 230 CV Lorraine, à bord duquel se trouvaient Lassalle, Rebord et Faltot. Les cadavres des trois aviateurs ont été retrouvés à côté du fuselage. Les autorités italiennes vont prendre les dispositions nécessaires pour ramener à Syrte les corps des victimes et le courrier postal. La présence des cadavres contre l'avion laisse supposer que la mort a été instantanée. Les aviateurs français du quatrième groupe d'aviation qui s'étaient rendus en Tripolitaine pour faire ces constatations doivent regagner Tunis aujourd'hui.

Le petit journal du 27 décembre

27 dec 29 petitjournal jeanne257

On confirme la mort de l'Équipage Lassalle en Tripolitaine

Un avion français a vu les 3 cadavres étendus à côté des débris de leur appareil

(De notre correspondant particulier)

Tunis, 26 Déc. — On annonce de Tripoli que l'avion monté par Lassalle et ses compagnons Oui étaient partis pour l'Indochine, est bien l'appareil dont les débris furent aperçus par un avion italien dans la région de la Syrte. Un avion français parti de Tunis a pu identifier l’appareil. Il a vu les corps des aviateurs morts, tous trois étendus à côté du fuselage. Les corps et le courrier postal vont être ramenés à Tunis. Les aviateurs français du quatrième groupe d'aviation qui s'étaient rendus en Tripolitaine pour faire ces constatations doivent regagner Tunis aujourd'hui.

Le raid tragique

L'équipage Lasalle Rebard, Faltot avait entrepris un voyage de liaison Postale rapide vers Saigon. Le 14 décembre, à 4 h. 21, les trois aviateurs avaient quitté le Bourget. Après une escale à Istres, provoquée par le temps exécrable, ils, se posèrent à Tunis vers 16 heures. Le soir même, 21 h. 40, lla repar-taient en direction ‘de Benghazi. Au matin, on les espérait franchissant la frontière de Tripplitaine. Puis, on resta sans nouvelles. Qu'étalent devenus les aviateurs ? S'étaient-ils perdus en mer ou dans le désert ? Avaient-ils été capturés par une tribu dissidente ? Le ministère de l'Air fit entreprendre des recherches. Les forces aériennes et maritimes anglaises, italiennes et égyptiennes y participèrent. Enfin, le 24 décembre, on apprenait que des débris d'avion venaient d’être repérés, sur les côtes désertes de la Grande Syrte, par un équipage italien. L'avion qui avait fait la découverte n'ayant pu atterrir à cause de la tempête, une patrouille de cavaliers se rendit sur place pour identifier les débris signalés. Ils appartenaient bien à l'avion dont nous étions sans nouvelles et, terrible constatation, les cadavres des malheureux étaient auprès. Qu'est-il arrivé ? Quelle a été la cause de la catastrophe ? Les trois braves ont-ils été tués sur le coup ? Peut-être, puisque l'avion est en miettes, mais ceux de Challe et Larre Borges, de Rossi et Le Brix l'étaient aussi. Sont-ils morts d’inanition, n'ayant pas emporté de provisions ? Il est probable que l'enquête nous renseignera sur le martyre de ceux qui, partis pleins d'espérance, rencontrèrent la mort en volant à la poursuite de la gloire. — Jacques Mortane.

 

 

Journal LA CROIX du 28 décembre 1929

28 dec 29  la croix Jeanne257

Les trois aviateurs Lassalle, Rebard et Faltot dont on vient découvrir les cadavres et l’avion détruit sur de la cote libyenne.

 

Partis du Bourget le 14 décembre les aviateurs Lassalle, Rébard et Faltot après une escale à Istres, atterrirent à Tunis le même jour. Le soir même Ils repartaient pour Benghasi. Le lendemain au premier matin, on vit leur avion sur la frontière tripolitaine. Puis, plus de nouvelles. Les recherches commencèrent. Elles sont aujourd'hui terminées par la découverte des trois cadavres des aviateurs, reposant près de leur appareil détruit, sur la côte libyenne, dans la région de Syrte. Les corps des trais aviateurs étendus à côté du fuselage, ont été identifiés. Les autorités Italiennes vont prendre les dispositions nécessaires pour ramener à Syrte les corps des victimes et le courrier postal. La présence des cadavres contre l'avion laisse supposer que la mort a été instantanée. Les aviateurs français du quatrième groupe d'aviation, qui s'étalent rendus en Tripolitaine pour faire ces constatations, devaient regagner Tunis vendredi.

 

Paris soir du 29 décembre 1929

Toujours sans nouvelles de Lassalle, Rebart, Faltot et du Néo-Zélandais Chichester

Les recherches se poursuivent activement en Tunisie, pour retrouver la trace des aviateurs français Lassalle, Rebart et Faltot, dont on est sans nouvelles depuis leur escale à Tunis. Des hydravions et des navires de guerre patrouillent, le long de la côte jusqu'à la frontière de Libye, mais jusqu'ici les recherches n'ont pas donné de résultat. On recherche également l'aviateur néo-zélandais Chichester qui, parti de Londres filer, pour tenter le raid Angleterre-Australie à- bord d'une avionnette, et dont le passage n'est signalé nulle part. On suppose qu'il est tombé en Tunisie, à moins qu'il n'ait fait une chute en mer. Toutes les recherches sue restées vaines. Chichester, qui ne possédait son brevet de pilote que depuis trois mois, voulait essayer de battre le record de vitesse établi par Hinkler.

 

Le petit journal du 30 décembre 1929

 

Les corps de Lasalle Rebard et Faltot vont être transportés à Tripoli

Rome, 29 Déc.    Après dix jours de recherches constantes tout le long de la côte de Libye les aviateurs militaires italiens ont trouvé les restes de l'appareil français destiné à accomplir le raid France-Indochine. Un avion envoyé en reconnaissance aperçut le fuselage et les ailes brisées de l'appareil à proximité de Hamra Fomm, à 40 kilomètres à l'est d'Es Sultan, dans la région des Syrtes. Par suite des difficultés de terrain, les transports automobiles envoyés immédiatement à l'endroit où l'avion avait été aperçu, n'ont pu rejoindre la localité. Le gouvernement de Tripolitaine envoya alors un second appareil pour avoir le plus tôt possible des nouvelles sûres concernant les aviateurs français. Les aviateurs italiens essayèrent d'atterrir mais pendant l'atterrissage, sur un terrain défavorable, l'avion subit de graves dégâts qui le rendirent inutilisable. Des pilotes italiens rentrèrent aux Syrtes en déclarant qu'auprès des restes de l'avion français gisaient les corps des trois aviateurs. On a recueilli déjà des objets personnels des Français et cinq sacs de correspondances. Des instructions ont été adressées aux autorités compétentes pour le transport aux Syrtes des dépouilles qui seront ensuite portées à Tripoli dont les habitants participent vivement au deuil de l'aviation française.

 Le petit journal du 28 janvier 1930

Les corps des aviateurs  LASSALLE, REBARD ET FALTOT sont arrivés hier à Nice 

Nice, 27 Janv.   A bord du vapeur Douzza arrivé ce Matin à Nice, venant de Tripolitaine, se trouvent les corps des trois aviateurs français Lasalle, Rebard et Faltot, tombés en Tripolitaine. Les dépouilles des malheureux aviateurs partiront demain par le même vapeur pour Marseille, où aura lieu une cérémonie officielle.

 

Journal LA CROIX du 29 janvier 1930

Les obsèques des aviateurs Lasalle, Rebard et Faltot

Les dépouilles du capitaine Lasalle, de l'adjudant Rebard et du mécanicien Faltot, membres du malheureux équipage qui périt tragiquement en Tripolitaine, arriveront à Paris le 31 janvier au matin. L'aviation française n'ayant pu participer à l'hommage grandiose qui leur fut rendu à Tripoli par les autorités italiennes et la population entière réunies, les trois cercueils seront exposés le vendredi 31 janvier dans une chapelle ardente, à l'église Saint-Augustin, où une cérémonie funèbre sera célébrée à 10 h. 30 Le corps du capitaine Lasalle sera dirigé sur Tours, où un service précédera l'inhumation : celui de l'adjudant Rebard sera Inhumé le même jour, au cimetière de Chaville, à 13 h. i5, et celui du mécanicien Faltot, à Villemomble, réunion à son domicile, 12, allée Gambetta, à 15 heures. Le ministre de l'Air, qui a déjà fait saluer à Marseille par des officiers de l'aviation venus de l'école d'Istres, les dépouilles mortelles des trois victimes, sera représenté à chacune de ces cérémonies.

 Article comparable dans La Dépêche du 29  janvier